Les brèves

Monde : Révision de l’approche des groupes systémiques.

Révision de l’approche des groupes systémiques. Le Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board, FSB) aurait décidé d’abandonner le critère du « too big to fail » (« trop gros pour faire faillite ») pour évaluer les risques que font courir les assureurs au système financier mondial. Cette institution devrait annoncer dans les prochaines semaines qu’elle analysera les activités d’un assureur plutôt que sa taille avant de décider s’il justifie une supervision renforcée. Ce qui déconnecte la taille des métiers pratiqués. Une bonne nouvelle en perspective pour les assureurs concernés (Aegon, Allianz, AIG, Aviva, AXA, MetLife, Ping An, Prudential Financial et Prudential) qui contestent depuis des années la corrélation faite entre la taille et leur caractère systémique.

Source : Reuters

Canada : Les courtiers canadiens devront offrir les produits d’au moins quatre assureurs.

Les courtiers canadiens devront offrir les produits d’au moins quatre assureurs. Dans le débat qui agite depuis quelques temps les courtiers canadiens sur la définition de leur statut, le ministre des finances du Canada a tranché. Le titre de courtier sera réservé aux seuls intermédiaires qui présentent des produits d’au moins quatre assureurs.

Source : Le journal de l’assurance (Canada)

Grande-Bretagne : Inquiète sur l’état de la concurrence réelle, la FCA lance une enquête.

Inquiète sur l’état de la concurrence réelle, la FCA lance une enquête. Le régulateur britannique (FCA) cherche à mesurer si le poids, l’organisation et les méthodes des grands courtiers en assurance ne sont pas de nature à peser négativement sur le marché. En effet, la FCA a déjà enquêté, l’hiver dernier, pour vérifier si des positions de nature oligopolistique n’entravent pas le bon fonctionnement de la concurrence, tant sur les tarifs que sur l’accès au marché de potentiels concurrents. Le régulateur veut également regarder si des conflits d'intérêt ne sont pas préjudiciables aux consommateurs en empêchant les intermédiaires d'agir dans le meilleur intérêt de leur client. « Quand ils choisissent des options de placement pour leurs clients, il peut y avoir des incitations à choisir certains assureurs ou des produits en fonction d’une plus forte rémunération plutôt que ceux qui collent le mieux aux besoins des clients », indique la FCA. Le même souci apparaît lorsque des courtiers placent leurs risques via des « facilities », lorsqu'ils le font auprès d'assureurs qui leur achètent des services additionnels, ou qu'ils proposent des services d'assurance maison pour conserver une plus grande part de la marge.
Le régulateur présentera les conclusions de son enquête à l’automne 2018. Elles pourraient être assorties de préconisations réglementaires.

Source : fca.uk

Europe : Vers un report de l’entrée en vigueur de la directive distribution ?

Vers un report de l’entrée en vigueur de la directive distribution ? Le 25 octobre 2017, le parlement européen a adopté la proposition de la Commission des affaires économiques et monétaires (ECON) de demander à la Commission européenne de repousser au 1er octobre 2018 l’entrée en vigueur de la directive tout en maintenant au 23 février 2018 sa date officielle. La balle est désormais dans le camp de la Commission européenne et du Conseil.

Source : Parlement européen

Europe : L’Autorité bancaire européenne met en garde contre le Brexit.

L’Autorité bancaire européenne met en garde contre le Brexit. Après EIOPA, l’EBA met en garde les banques qui envisagent de rejoindre le continent pour y poursuivre leurs activités post-Brexit. En effet, celles-ci sont invitées à constituer des entités substantielles pour bénéficier de la licence. Ces dernières devront, notamment constituer des fonds propres suffisants, mais aussi être dotées des organes de management propres à gérer une réelle autonomie. En d’autres termes, les coquilles vides ou maigrelettes ne devraient pas être autorisées.

Source : EBA