2014

Des professionnels qui se structurent pour construire l'avenir

aricle forum CGPI 2014Une autre réponse des CGPI peut surprendre : alors qu'ils ont pour la plupart choisi d'exercer en libéral pour échapper au poids d'une hiérarchie, 53% d'entre eux se disent prêts à abandonner le "I" de CGPI pour pouvoir continuer à toucher des rétrocessions. Il faut sans doute y voir un certain pragmatisme et le fait que la proximité avec des fournisseurs de produits aptes à comprendre leurs besoins est un élément essentiel pour eux.

Voir l'integralité de l'article ici.

Les agents font gagner des parts de marché à leurs compagnies.

tribune 12 2014En santé, comment évoluent les parts de marché des assureurs traditionnels et la structure de leurs portefeuilles ?

Entre 2002 et 2013, les assureurs avec réseaux d'agents ont vu leur part de marché en santé progresser de près de 7 points, à 28%. Sur la même période, celles des IP et des mutuelles se sont effritées, respectivement de plus de 1 point à 17,7% et de 6 points à 53,4%. Si on examine maintenant la structure des portefeuilles des assureurs, en 2012, les contrats collectifs représentaient 43% de leurs primes avec, toutefois, des différences selon les types de sociétés.

Voir l'integralité de l'article ici.

Les bancassureurs grignotent des parts de marché aux MSI et aux agents généraux.

tribune 08 14Comment ont évolué les parts de marché des bancassureurs en vie et en dommages ces vingt denières années ?

Entre 1992 et 2012, la collecte des bancassureurs est passée en assurance vie de 40% à 62% de part de marché. Un pic a même été atteint en 2006 avec 66%. Une légère baisse de la collecte a ensuite été enregistrée, puis elle s'est stabilisée. De leur côté, les réseaux traditionnels ont perdu quatre points entre 2007 et 2012 passant de 38% à 34% de part de marché. Le marché d'assurance vie est donc aux deux tiers aux mains des bancassureurs et le tiers restant à celles des sociétés traditionnelles.

Voir l'integralité de l'article ici.

Une réorganisation en profondeur des points de ventes est à prévoir.

tribune 03 2014Le digital remet en cause les relations entre assureurs et agents généraux...

Cette vague du numérique n'en est qu'à ses débuts. Assureurs et distributeurs doivent intégrer la révolution comportementale qu'elle induit. C'est la fin des systèmes très hiérarchisés. Les compagnies doivent se réorganiser. Et les agents généraux accepter que le net est devenu incontournable, puis réfléchir sur la manière de l'intégrer efficacemement.

Voir l'integralité de l'article ici.