Les prestations du MEDI
Les brèves du MEDI
Les brèves du MEDI
Les brèves du MEDI
Le MEDI dans la presse
Le MEDI dans la presse

La DDA et le digital renforcent le conseil humain

La prééminence du conseil humain se trouve à la convergence de deux mouvements. Le premier est le renforcement du devoir de conseil, le second est l’arrivée à maturité de nouveaux outils apportés par la vague digitale.

Bien loin des fantasmes du remplacement de l’homme par la machine, l’Intelligence artificielle trouve progressivement sa place dans les activités commerciales. Elle supplée le professionnel pour le libérer de tâches administratives et / ou répétitives et lui permettre de donner la pleine mesure de son analyse et de ses conseils. Cela vient à point nommé. La DDA impose de délivrer un conseil personnalisé et de respecter un processus formalisé.

Un formalisme prégnant qui s’il n’est pas soutenu par les outils ad hoc aura tendance à brider le dynamisme commercial. Or, ces outils, outre le fait qu’ils peuvent être des guides pour ne rien omettre, permettent de libérer du temps commercial. Ce qui potentiellement aide les distributeurs à optimiser leur prestation et à se consacrer à l’essentiel : le client.

Le conseil, désormais pierre angulaire de l’action commerciale prend une place croissante. Le MEDI évalue le temps nécessaire à l’évaluation des besoins des clients, la délivrance du conseil et l’acte de vente stricto sensu à une heure pour un produit sans complexité particulière, parfois un second entretien sera nécessaire. Quoiqu’il en soit, cela représente un doublement du temps consacré à la réalisation d’un acte commercial jusqu’ici estimé à 25 minutes.

Si le conseil reste et restera l’apanage de l’intervenant humain, l’intelligence artificielle aidera à ce qu’il soit rendu, structuré dans les formes requises et elle en conservera la mémoire.

L’optimisation du temps commercial prends un relief particulier. Ce qui induit de replacer l’acte commercial dans le cadre global du multi-équipement du client et de sa fidélité, sans quoi l’objectif de rentabilité restera un leurre. Regarder l’approche client en 3D en quelque sorte ne pourra pas se faire sans le soutien des outils. Plus leurs fonctionnalités seront avancées et plus l’efficacité commerciale sera grande. Ce sont les premiers retours d’expériences qui mettent en évidence ces progrès.

Enfin, un point mérite d’être souligné. Les expériences en cours montrent qu’il ne suffit pas de mettre à disposition les outils et d’apprendre à s’en servir. Leur généralisation s’accompagne d’une profonde remise en compte des modes de fonctionnement et des pratiques de management. Repenser le parcours client, améliorer les prestations qui lui sont servies présuppose que les forces commerciales aient été préalablement mises en situation de maîtriser sereinement les nouveaux processus.

Ce sont elles qui in fine délivrent la valeur ajoutée, si elles n’y sont pas préparées, si elles n’ont pas un sentiment de maîtrise suffisant et si elles ne perçoivent pas que l’organisation les soutient, elles n’atteindront pas le niveau de performance souhaité. Mettre le client au centre implique que les commerciaux y soient déjà.

Henri Debruyne

Protection des données personnelles : L’Union européenne adopte un nouveau règlement

Dans 12 mois, un nouveau dispositif de protection des données personnelles entrera en vigueur. Il donne de nouveaux droits aux citoyens et fixe un corps de règles qui s’impose à tous les acteurs de la sphère privée et publique. Les activités d’assurance sont particulièrement concernées.

Quatre années auront été nécessaire pour adopter le nouveau Règlement Général sur la Protection des données personnelles (RGPD en Français ou GDPR en Anglais). En France, il actualise et modernise la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978. Ce règlement est un texte à application directe, c’est-à-dire qu’il n’y a pas besoin de le transposer. Il sera effectif sur l’ensemble de l’Union européenne le 25 mai 2018. Il reste donc une année aux entreprises pour procéder à sa mise en place.

Le règlement crée de nouveaux droits. Il impose la mise à disposition d’une information claire, intelligible et aisément accessible aux personnes concernées par les traitements de données. Les utilisateurs doivent être informés de l’usage de leurs données. A travers un consentement explicite, ils doivent donner leur accord pour le traitement de leurs données, ou pouvoir s’y opposer. Le droit à la portabilité des données est reconnu. Il permet à une personne de récupérer les données qu’elle a fournies, sous une forme réutilisable, et, le cas échéant, de les transférer ensuite à un tiers. Il s’agit ici de redonner aux citoyens la maîtrise de leurs données, et de rééquilibrer l’asymétrie entre le responsable du traitement et la personne concernée. Des conditions particulières sont également prévues pour le traitement des données des enfants. Enfin, le principe des actions collectives est reconnu et un droit à réparation des dommages matériels ou moraux est institué.

La suppression des formalités préalables auprès des autorités de contrôle (la CNIL en France) constitue une simplification. Il n’y aura donc plus de déclaration ou de demandes d’autorisation préalable à la mise en place des traitements de données à caractère personnel. Par contre, les entreprises seront tenues de respecter un formalisme conséquent dans la mise en œuvre des traitements de données à caractère personnel. Ainsi, le « privacy by design » introduit par le Règlement impose des mesures techniques et organisationnelles appropriées aux enjeux et aux droits des personnes dont les données sont traitées. Et ce, dès la détermination des moyens du traitement, puis tout au long de ceux-ci.

Dans les faits, il s’agit d’instaurer une gouvernance des données. Celle-ci, devra mobiliser les moyens nécessaires à ses objectifs. Nommer un référent pour certifier la démarche, le préparer à ses missions, former les collaborateurs à la collecte des données, faire des audits pour vérifier la conformité des pratiques avec les nouvelles prescriptions, établir un plan d’actions, mettre en place des processus et s’appuyer sur des plateformes SI « sécurisées ».

Ce règlement a une application territoriale mondiale. Toutes les entreprises, y compris celles qui sont établies hors de l’Union européenne, doivent s’y conformer lorsque les traitements qu’elles mettent en œuvre sont relatifs à l’offre de biens ou de services à des personnes qui sont dans l’Union européenne ou lorsque les traitements sont liés au suivi du comportement de personnes « dans la mesure où il s’agit d’un comportement qui a lieu au sein de l’Union européenne ». Les sanctions prévues pourront s’élever jusqu’à 20 000 000 d’euros, et, pour une entreprise jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel mondial ! Manifestement, les autorités européennes veulent faire en sorte que les nouveaux droits offerts aux citoyens soient gravés dans le marbre.

Chacun a compris que les activités d’assurance, grandes utilisatrices de données, sont directement concernées. Les organismes d’assurance, bien sûr, mais aussi les intermédiaires et les différents sous-traitants qui concourent à leur fonctionnement. Un nouveau chantier d’ampleur dont il est urgent de prendre la mesure des enjeux.

Henri DEBRUYNE