Les prestations du MEDI
Les brèves du MEDI
Les brèves du MEDI
Les brèves du MEDI
Le MEDI dans la presse
Le MEDI dans la presse

La manie du meccano étatique : la CDC, la Cnp et la Poste.

La Cnp est une « belle maison », mais elle ne maitrise pas sa distribution. La Poste, qui ne cesse de voir ses métiers traditionnels se rétrécir, a besoin d’un adossement plus puissant pour son bras financier, la banque Postale.

Le départ surprise de Frédéric Lavenir, directeur général de la Cnp, relance les spéculations sur un rapprochement de cette institution avec la Poste et, ce faisant, sur la position clé de la Caisse des Dépôts et Consignations. Les cerveaux de la puissance étatique tournent à plein rendement pour construire un nouveau groupe « du service public ».

L’enjeu n’est pas mince. La Cnp est une vieille institution qui certes a de réels atouts, mais souffre de la difficulté majeure de ne pas maîtriser ses réseaux de distribution. Elle s’est longtemps appuyée, pour distribuer ses produits, sur les Caisses d’épargne et sur la Poste. La construction de la BPCE, le groupe bancaire qui réunit les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, a redistribué les cartes depuis 2016 et ne parait plus apporter une stabilité suffisante dans la durée. La Poste a entrepris une réorientation majeure de ses activités en s’appuyant sur la banque Postale. Une réorientation vitale pour ce groupe public qui est par ailleurs une réussite.

L’idée de marier ces deux organismes n’est pas nouvelle. Elle peut avoir du sens, mais elle soulève une question importante. Celle de la place de la puissance publique dans des activités concurrentielles qui couvrent de manière satisfaisante les besoins des citoyens. De plus, la multiplicité des intervenants, de leurs statuts comme de leurs formes d’intervention sur les marchés offre une large palette de solutions. En effet, quel serait le besoin qui ne serait pas satisfait aujourd’hui par le marché et qui nécessiterait une intervention de la Puissance publique ?

Au moment où le gouvernement prépare un plan de cession des actifs détenus par l’Etat afin de trouver des ressources pour se désendetter, il pourrait être judicieux de privatiser les activités rassemblées dans le nouveau groupe. Une solution qui aurait plusieurs avantages. Le premier serait de mettre à parité tous les groupes qui interviennent sur ces marchés. Le second serait de donner une nouvelle impulsion à des acteurs qui ont toujours vécu dans l’ombre de la puissance publique. Le troisième avantage enfin, serait de rendre à l’Etat sa stricte mission régalienne et de ne plus avoir le souci ou la tentation d’intervenir là où son rôle n’est plus nécessaire.

Henri DEBRUYNE

Grande-Bretagne : Comment faciliter l’accès au conseil ?

Comment faciliter l’accès au conseil ? Le Trésor britannique et l'autorité des marchés financiers, the Financial Conduct Authority (FCA), avaient annoncé le 12 octobre 2015 le lancement d'une consultation commune pour explorer les voies d'amélioration de l'accès de la clientèle au conseil financier. Les premières recommandations ont été présentées le 14 mars 2016. Elles se répartissent en 3 domaines clés :
Comment rendre le conseil abordable ? C’est la question de sa rentabilité sur un marché de masse, mais également de son intérêt pour les clients. Les auteurs du rapport suggèrent que les conseils soient étendus, en particulier, aux questions liées aux fonds de pensions et aux retraites.
Comment susciter l’intérêt du plus grand nombre pour ces recommandations ? Ce qui pose la question de la confiance des consommateurs dans un dispositif qui soit le plus large possible et attractif (ergonomie, fluidité, etc.) pour intéresser le plus grand nombre.
Enfin, il faut lever les préventions des professionnels qui redoutent la multiplication des mises en causes de leurs responsabilités à la suite de la délivrance de conseils. Pour les rassurer, il est suggéré d’accroitre la clarté et la transparence sur la manière dont le Financial Ombudsman Service traite les plaintes des consommateurs.
Le rapport recommande, très clairement, le développement et la banalisation des conseils automatisés seuls à leurs yeux capables de répondre à des besoins de masse.

Source : FCA.UK – MEDI