Les prestations du MEDI
Les brèves du MEDI
Les brèves du MEDI
Les brèves du MEDI
Le MEDI dans la presse
Le MEDI dans la presse

Crise du Covid-19 : une opportunité pour l’assurance !

L’assurance est empêtrée dans un embrouillamini provoqué par la Covid-19 dont il faut qu’elle sorte très vite pour reprendre la maîtrise de ses activités et retrouver la fierté de son métier.

L’assurance et les assureurs sont discrédités par cette crise qui rejaillit sur tous les membres du corps social. Tous, quelles que soient leurs fonctions et leurs responsabilités, portent une part de l’opprobre jeté sur l’assurance. Resserrer les rangs, coordonner les discours, mobiliser autour de l’essence du métier pour sortir le plus vite et le moins mal possible de cette douloureuse période pour tous est donc bien l’enjeu et une formidable opportunité.

« Boucs émissaires » faciles, les assureurs sont fustigés de ne pas faire ce pourquoi ils existent. Mais qui, dans l’opinion publique sait vraiment à quoi sert l’assurance ? Qui a réfléchi à ce qu’elle représente comme système organisé de gestion de la solidarité ? Peu de gens, et la classe politique ne s’est pas montrée plus éclairée en parlant de tordre le bras aux assureurs ou de les taxer à hauteur de ce qu’ils n’auraient pas fait ! Manifestement, la pertinence de vue et l’élégance n’auront pas été au rendez-vous.

Inutile de polémiquer, sur ce terrain où la démagogie est reine et le cynisme la norme, il faut perdre le moins d’énergie possible. Les enjeux sont ailleurs. La pandémie a montré l’impréparation générale, et disons-le la pusillanimité de l’assurance comme de tous les responsables politiques et économiques. Car en fait, depuis près d’une dizaine d’années la question de ce type de catastrophe n’était plus seulement un cas d’école. Sous l’égide de l’AMRAE* des travaux ont été engagés pour tenter de trouver des solutions. Ils n’ont pas été poussés très loin.

Imaginons un instant, qu’une ou des solutions aient été élaborées, même imparfaites, la situation aujourd’hui des assureurs aurait été tout autre. Nous pouvons reconnaitre, que sur ce plan, le secteur n’a pas été à la hauteur. Il faut donc qu’il s’investisse plus résolument dans l’identification des risques et la recherche des réponses. Certes, sur cette question des pandémies les Pouvoirs publics et les assureurs se sont enfin saisis du sujet, ç’eut été mieux avant…Mais il y a bien d’autres menaces connues ou moins identifiées qui méritent une anticipation. C’est quand même le job des assureurs de les identifier, de les quantifier et de préparer des solutions. Leur expertise est plus attendue à ce niveau que dans la gestion des flux à moindre coût.

Il faut reconquérir l’opinion. A tout le moins, expliquer que l’assurance est essentielle à chaque citoyen et que pour remplir ses engagements elle doit être un gestionnaire sérieux et attentif de l’argent qui lui est confiée. Car, ces milliards de fonds propres, qui font fantasmer, constituent leur matière première, sans eux pas de solvabilité et donc plus d’assurance. Un discours pas si simple à tenir, mais qui bien argumenté fera mouche et pour lequel, il faut convaincre puis mobiliser les bataillons de commerciaux en les dotant des argumentaires adaptés. Ils seront bien plus efficaces que les campagnes de communication.
*AMRAE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise

Henri DEBRUYNE

REMBOURSEMENT DE PRIMES AUTO – Comment ça se passe en Belgique ou en Espagne ?

Ailleurs comme en France, les assureurs se voient réclamer un remboursement partiel des primes auto pour tenir compte de l'utilisation réduite voire nulle de leur véhicule pendant la période de confinement.
En Belgique, même si certains assureurs ont déjà annoncé un appel de seulement 10 mois de prime au lieu de 12 dès la prochaine échéance, la Fédération des assureurs se montre plus prudente. Dans son communiqué de presse du 13 mai titré « L’évolution de la prime d’assurance auto demande un certain recul », Assuralia affirme comprendre la demande et ne l’élude pas ; en revanche elle indique que des adaptations éventuelles de primes se font sur la base de données historiques portant sur de plus longues périodes. Cela permet aux assureurs de répartir les risques sur un plus long terme. Un ajustement de la politique tarifaire ne pourra par conséquent être évalué qu’après que les assureurs auront digéré cette crise du coronavirus et qu’ils connaîtront les chiffres définitifs pour cette année.
En Espagne, l’influente association de consommateurs FACUA a lancé fin avril une plate-forme nommée quiero mi dinero (je veux mes sous), permettant aux assurés de demander un remboursement de prime, ou plus probablement une ristourne sur la cotisation N+1. En effet, selon la loi espagnole, l'assuré peut, en cours de contrat, porter à la connaissance de l'assureur toute circonstance diminuant le risque de telle sorte que si elle avait été connue de lui au moment de la conclusion du contrat, les conditions auraient été plus favorables. Dans ce cas, le montant de la prochaine prime doit être réduit en proportion, l’assuré ayant droit dans le cas contraire à la résiliation du contrat et au remboursement de la différence entre la prime payée et celle qui aurait dû l’être en tenant compte de la diminution de risque.

Source : MEDI